L'histoire du parfum

Raconter l'histoire du parfum, c'est traverser les âges.

Du Néolithique à l'Egypte ancienne sans oublier la Grèce antique jusqu'à aujourd'hui, l'histoire du parfum est très liée à l'histoire des civilisations.
Le parfum est né dans les temples de la haute antiquité, il accompagnait les rituels de culte et les croyances.
Mais la place de l'odorat dans la vie, et même la survie des premiers hommes, remonte à la préhistoire.
On peut imaginer que les hommes préhistoriques étaient très sensibles aux odeurs de la Nature pour se nourrir. Avant même la domestication du feu, les premiers hommes ont dû comprendre avec les feux naturels que la combustion des plantes transforme l'odeur et le goût.

Les premières traces de l'utilisation du parfum remontent à l'Égypte ancienne.

Chaque jour, dans les temples, les dieux étaient honorés par des offrandes parfumées.
Les Égyptiens brûlaient des matières premières (bois, fleurs, résines...) faisant monter vers le ciel une fumée odorante.
" Per Fumum " qui signifie par la fumée, c'est ainsi que le parfum est né.
Le premier parfum s'appelle Kyphi, parfum aux accords épicés et doux, il est composé de myrrhe, de raisin, de miel, de vin, de safran et de bois.

Le premier parfum : Kyphi

L'histoire du parfum se poursuit dans la Grèce antique où il était largement utilisé dans la vie quotidienne, religieuse et civile, pour l'hygiène corporelle ainsi que pour les célébrations du culte.
Au fil du temps, les Grecs sont devenus de véritables experts, contribuant à l'évolution des gammes de parfums en inventant des huiles et des graisses à l'odeur de fleurs d'iris, de rose ou de lys.
Mais c'est dans l'Empire romain que l'on accorde la plus grande importance aux parfums.
Il s'utilise à outrance et il est lié au luxe et au plaisir.
Utilisé lors des nombreux banquets et dans les thermes, pour les Romains, les multiples substances aromatiques ont également des vertus médicinales.
Les Romains s'enduisent de ces parfums et peuvent même être enveloppés de ces essences par les masseurs présents dans les thermes.
Mais cette frénésie parfumée coûte aux nobles romains et plus généralement à l'Empire.
Rome s'effondre en 476, mais le parfum continuera à illuminer de ses notes les siècles suivants.

Perçu comme une futilité à l'époque médiévale, il sera davantage utilisé par les gens d'église à des fins médicales.
Au Moyen Âge, la peur des pandémies, notamment de la peste, est très présente.
Les parfums jouent alors un rôle protecteur.
Le thym, le romarin et le fenouil étaient utilisés pour chasser les maladies et les mauvaises odeurs.
Lorsque la peste noire sévit en Europe en 1348, le risque de contagion des maladies par les mauvaises odeurs est établi.
L'odeur devient alors une menace.

En 1370, l'eau de la reine de Hongrie, un parfum connu pour être le plus ancien dilué dans une base d'alcool, est utilisé comme remède pour les maladies.

La reine de Hongrie, Elisabeth

Elle est composée de romarin, de citron, d'eau de rose et de fleur d'oranger. La légende raconte que cette eau aurait permis à la reine d'Hongrie septuagénaire, Elisabeth, de retrouver la jeunesse et la beauté de ses vingt ans pour séduire le jeune roi de Pologne.

La propagation des épidémies entraîne une peur de l'eau.
Les bains jugés dangereux vont céder la place aux substances aromatiques et aux parfums, qui deviendront le geste d'hygiène privilégié.


La Renaissance laisse place au règne de la saleté et de la puanteur, camouflées par des parfums lourds et capiteux.
A l'époque, les senteurs animales comme le musc ou l'ambre sont largement utilisées pour leur pouvoir olfactif.
C'est dans ce processus de camouflage qu'apparaît les gants parfumés fabriqués à Grasse.
La situation géographique exceptionnelle de Grasse a doté sa région d'un climat particulièrement agréable et favorable à la culture de nombreuses espèces florales et aromatiques.
C'est en 1614 que la cour des rois de France permet aux gantiers de s'établir officiellement.
Obtenant le monopole de la distribution des parfums, ils remplacent les apothicaires et les droguistes.
Grasse devient alors le centre de la parfumerie européenne.

( La fleur silencieuse )

Au XVIIe siècle, l'hygiène reste calamiteuse. La cour de Louis XIV était réputée dans toute l'Europe comme la "cour parfumée" où de nouvelles odeurs étaient répandues chaque jour. Le Roi Soleil était particulièrement friand de parfums et en abusait à tel point qu'il finit par en être écoeuré.
Les fragrances deviennent alors plus légères et leur utilisation est plus modérée.
Les senteurs animales sont de moins en moins utilisées au profit de compositions à base de fleurs et d'agrumes, plus fraîches et plus subtiles. Cet engouement pour les senteurs florales entraîne un regain d'intérêt pour l'hygiène corporelle.
Les parfums deviennent des symboles de sensualité et de volupté.

Après la Révolution, on favorise les parfums discret.
Le bains, toutefois conseillés avec modération contribue à l'embellissement de la peau.
C'est à cette époque qu'une nouveauté va bouleverser les compositions des parfums : l'eau de Cologne.

Créé en 1695 par un jeune Italien, Paolo Feminis, l'Aqua Mirabilis, mélange revigorant de bergamote, citron, néroli et romarin, connaît un immense succès.

L'eau de Cologne N°4711

Il aurait transmis sa recette à son neveu Jean-Antoine Farina, qui s'installe à Cologne en 1709.
L'engouement est incroyable et d'autres parfumeurs vont se lancer dans la fabrication.
Une autre eau de Cologne célèbre, datant de 1792, est encore vendue aujourd'hui, la Cologne N°4711.
Napoléon Bonaparte (1769-1821) était particulièrement friand de cette Eau de Cologne.
On dit qu'il en consommait en moyenne 43 litres par mois. 

Au fil des siècles, les parfums ont énormément changé, influencés par les contextes sociaux, mais aussi par notre évolution culturelle.

La parfumerie moderne est née à la fin du 19ᵉ siècle.

À cette époque, les parfumeurs ont commencé à incorporer des ingrédients synthétiques dans leurs formules, ce qui a amplifié la palette du professionnel, offrant plus de créativité.

William Perkin

La coumarine est la molécule qui a introduit la chimie de synthèse au cœur de la parfumerie. C'est en 1868 que William Perkin réussit pour la première fois à isoler ce composé naturellement présent dans la fève Tonka et à le reproduire par synthèse.

Une nouvelle ère s'ouvre à l'aube du 20ème siècle.

Le temps est à l'optimisme et aux divertissements, et le parfum est devenu un symbole de glamour, de chic et d'élégance.
Gabrielle Chanel marque une véritable évolution et lie la haute-couture et la parfumerie.
Des essences légendaires sont nées.

En 1921, Coco Chanel rend hommage et libère le corps de la femme avec un look garçonne et un parfum révolutionnaire, Numéro 5.

Nombre riche en symboles, le 5 est précisément son chiffre fétiche.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le parfum souffre vraiment, mais il connaîtra à nouveau un grand enthousiasme après la guerre.

De nouvelles maisons apparaissent. En 1947, après avoir révolutionné la mode avec son New Look, Christian Dior dévoile le célèbre Miss Dior, un parfum qui marquera les esprits par ses notes florales.

Les années 1960 sont marquées par un vent de patchouli qui accompagne les protestations contre la guerre du Vietnam et le combat pour la libération sexuelle.
Le patchouli devient le symbole de cette génération aux idéaux affirmés.

Puis, la publicité s'installe progressivement dans les années 1970, délivrant un message qui deviendra tout aussi important que le parfum lui-même.

Le parfum poursuit son évolution.

Au cours des années 1980, les tendances européennes seront influencées par les parfums en provenance des États-Unis.
Les fragrances orientales et ambrées apporteront encore plus de sensualité aux modes du moment.
Des notes gourmandes feront également leur apparition.
Mais la tendance se renouvelle dans les années 90 où l'on recherche plus de douceur et de simplicité.
On aime l'odeur des odeurs de propres et les odeurs marines.
Avant-gardiste, Calvin Klein célèbre le mélange des genres du début des années 90.
Le parfum Ck One sera le premier parfum " non genré " composé de notes de citron vert, de thé vert, de papaye et de cardamome, il en séduira plus d'un.
Mais le retour des parfums vanillés et orientaux sera très rapide.

Au début du XXIe siècle, les grandes maisons de couture s'imposent comme étant les leaders de la parfumerie.
Cependant, le début du siècle sera marqué par l'apparition d'une nouvelle parfumerie : les parfums niche.
Les gens recherchent des parfums moins commerciaux, plus éloignés des codes du marketing et de la publicité.
La parfumerie niche se définit comme des parfums différents, des fragrances de designers, qui ne cherchent pas à plaire à tout le monde.

Des fragrances généralement non genrées, où les mots d'ordre sont liberté et originalité olfactive.

Les parfums botaniques naturels connaissent un essor considérable.

Aujourd'hui, de plus en plus de consommateurs s'intéressent aux ingrédients utilisés dans leurs produits quotidiens et dans leurs parfums.
Plus authentique, la parfumerie botanique représente l'essence, l'origine de la parfumerie. ( Le plaisir d'être naturel )
Au début, la parfumerie n'était pas botanique, car les parfumeurs utilisaient des matières animales, mais elle était naturelle.

Même si les molécules de synthèse sont aujourd'hui plus réglementées, certaines d'entre elles représentent encore un risque pour notre santé et pour l'environnement.
En effet, certaines d'entre elles peuvent provoquer de nombreuses irritations cutanées, allergies, maux de tête, asthme, perturbations endocriniennes, etc.
De plus, ils peuvent être nocifs pour la santé, notamment lorsqu'ils sont appliqués sur la peau ou inhalés.
Mais cela ne signifie pas que les parfums naturels sont sans reproche. Les huiles essentielles sont des substances très concentrées qui peuvent être irritantes ou provoquer des allergies, il faut donc les utiliser en toute sécurité en effectuant un test avant de les utiliser.
Les parfums naturels fleurissent et prouvent que l'on peut désormais allier qualité et créativité olfactive.
Même si la parfumerie traditionnelle a donné naissance à des fragrances légendaires, elle est désormais concurrencée par la parfumerie naturelle.( Parfum naturel vs synthétique )

Le parfum continue d'écrire son histoire à travers l'histoire des civilisations et de l'humanité.

Quel sera le prochain chapitre ? Avec le développement des technologies, quel sera le parfum du futur ?

Seul l'avenir nous le dira.

Les parfums naturels Kanopé Fragrances


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.


Vous aimerez aussi

Voir toutes
L'histoire du parfum
Jardin secret
Sonia Limar Talec